Agboville: Les frci attaquent un village Une vieille femme de 70 ans tuée, 27 blessés et 7 disparus

Publié le par sethkokorussie

1236

Les populations de Yadio, village situé à 24 km sur l’axe Agboville-Attobrou, sont encore sous le choc. Le dimanche 9 octobre, une dizaine d’hommes en treillis militaires ont fait irruption vers 15 heures sur la place publique et le marché du village à bord de deux véhicules de type 4×4 estampillés FRCI (Forces républicaines de Côte d’Ivoire). Ces éléments puissamment armés se sont mis à tirer dans tous les sens jusque vers 18H. Pris de panique, les villageois ont pris la poudre d’escampette pour se réfugier dans les broussailles et campements environnants. Dans cette débandade, la vieille dame Assamlan Déhise Amélan, âgée de plus de 70 ans, s’est écroulée et est morte sur le champ. On dénombre 27 blessés graves et légers, qui ont été tous soignés sur place dans le dispensaire du village. Les femmes du marché, les commerçants et boutiquiers qui ont abandonné leurs marchandises, étals et boutiques, indiquent avoir subi de gros préjudices financiers. Les assaillants ont emporté en effet une importante somme d’argent estimée à un million de francs (1.000.000 FCFA). Hier en fin d’après-midi, un calme précaire était revenu à Yadio après l’arrivée sur les lieux d’un détachement de l’Onuci basé à Adzopé et d’une unité des FRCI stationnée à Agboville. Mais au moment où nous mettions sous presse, la chefferie et la notabilité du village signalaient la disparition de 7 personnes qui n’ont jusque-là pas encore été retrouvées, malgré les fouilles et battues organisées par le jeunes. Un conflit foncier est à l’origine de cette descente musclée des FRCI à Yadio. Selon des villageois et la notabilité joints au téléphone hier, tout est parti d’un litige opposant un allochtone et une famille autochtone. Ablo Pêtê Marc, un natif du village, a vendu une portion de forêt d’une superficie de 1,5 hectare à 300.000 FCFA à un certain Roger, un Baoulé vivant dans la localité. Mais après une année d’exploitation de ce lopin de terre, la famille du cédant vient délester l’acquéreur de son bien, au motif que le vendeur n’avait aucun droit de cession sur cette propriété familiale. Le nommé Roger porte l’affaire devant le chef du village, et exige la somme d’un million quatre-cent cinquante mille francs (1.450.000 FCFA) avant de rétrocéder la terre. Après plusieurs heures de médiation, le chef et ses collaborateurs réussissent à faire accepter à Roger la somme de 450.000 FCFA pour solde de tout compte. Tout le monde croyait alors l’incident clos. Erreur ! Roger est allé chercher des éléments des FRCI basés à Attobrou, village voisin de 3 km de Yadio, pour régler le différend. Hier lundi en fin de journée, le nouveau commandant FRCI d’Agboville Claudio Stéphane, en poste seulement depuis le mois de septembre, s’est rendu en personne à Yadio. Pour apporter sa compassion aux victimes et demander pardon à la chefferie et à tout le village pour cet incident déplorable. Le chef des FRCI a promis de rechercher et punir les éléments fautifs. Après de vives discussions, les deux parties (FRCI et village de Yadio) ont finalement fumé le calumet de la paix à la tombée de la nuit. Pour sa part, le chef du village de Yadio, Kouamé Léonard, a émis un souhait au commandant FRCI d’Agboville : que ses éléments stationnés à Attobrou ne viennent plus faire des incursions dans les villages et campements environnants.

Source:L’Inter

ACSCI TV


 

Publié dans Vu dans la presse

Commenter cet article