Issia / Réouverture de Covalma industrie : Nabo Clément redonne le sourire à 350 employés

Publié le par sethkokorussie

Covalma-industrie, la mamelle nourricière de Gazibouo, a repris ses activités d’exploitation forestière au grand bonheur des 350 employés qui, depuis dix-huit mois, étaient au chômage.

Ils avaient le sourire aux lèvres les trois cent cinquante ouvriers de la société Covalma-industrie. Vendredi, Gazibouo, dans le département d’Issia, les populations ont accueilli avec des vivats très nourris la reprise des activités la société d’exploitation de bois la mamelle nourricière du village. Le ministre des Eaux et Forêts, Bouéka Nabo Clément, a donné, après un audit très poussé pour s’assurer de la bonne exploitation des périmètres et parcelles mis à la disposition de Covalma par la Sodefor, son accord pour que Covalma rouvre à nouveau ses portes. En effet, il avait suscité la fermeture de cette société car elle ne remplissait pas les conditions de son fonctionnement. «Je suis venu vous (les villageois) annoncer la réouverture de Covalma industrie (…) Le président de la République, Alassane Ouattara, œuvre tous les jours pour résorber le fort taux de chômage au niveau des jeunes. Et, ce n’est pas nous qui allons priver, vous, les jeunes de travail. En tous cas, sachez que Covalma vivra», a-t-il déclaré. Il a demandé, en outre, à tous les opérateurs du secteur bois en Côte d’Ivoire de se mettre en règle vis-à-vis de la législative ivoirienne. «N’ayez pas peur», a-t-il rasséréné. Mais, en filigrane, il a insidieusement mis en garde tous les clandestins, les prédateurs des forêts ivoiriennes. Le délégué du personne, Bla Thomas, a encouragé le ministre dans sa traque contre les mauvais bûcherons qui s’adonnent à l’abattage sauvage des essences de la forêt. Le Directeur général de Covalma, Nasser Amer, a dit sa gratitude au ministre. Il s’est engagé à user des recommandations et les mesures correctives qui permettront à la «nouvelle Covalma» d’être le fleuron de la sylviculture et de l’exploitation forestière en Côte d’Ivoire. «Oui, vous avez entendu ‘‘Nouvelle Covalma’’. Car, cette unité qui vous reçoit aujourd’hui et l’ensemble de son personnel revient de loin. En effet, la situation n’était guerre reluisante il y a moins de quatre ans. En effet, la maison mère sise de Covalma sise en Espagne a déclaré faillite. Et, Covalma-Ci du fait de son lourd passif n’était plus en mesure de faire face à ses engagements. De ce fait, l’activité s’arrêta et le personnel mis au chômage technique pendant près de dix-huit mois en attendant la décision des autorités judiciaire et/ou un éventuel repreneur», a-t-il expliqué. Et, de poursuivre: «Nous avons été sensibles à cette situation et spécialement au désarroi de tous ses agents et nous avons décidé de reprendre les activités de Covalma en accord avec les anciens actionnaires (…) Bien que novice, nous n’avons ménagé aucun effort en vue de redresser progressivement et selon un calendrier bien déterminé cette unité pour en faire l’outil que vous voyez aujourd’hui».

K. Marras. D
Envoyé spécial

 

Publié dans Vu dans la presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article