Quelle sera désormais la défense de DSK ?

Publié le par sethkokorussie

                           Quelle défense adopteront les avocats de Dominique Strauss-Kahn ?

 

                                       DSK.jpg

La défense s'est gardée de dévoiler sa stratégie jusqu'à présent. Elle attendait sans doute d'avoir accès aux éléments à charge contre son client en possession du procureur. En fonction de ces éléments, si par exemple des traces d'ADN de M. Strauss-Khan ont bien été retrouvées sur Nafissatou  Diallo, les avocats de DSK pourront arguer d'une relation consentie. C'est ce qu'a laissé entendre Benjamin Brafman, lundi : "Nous prouverons qu'il n'y a pas eu d'agression ni d'acte forcé".

Mais les avocats de DSK vont aussi chercher la moindre faille ou contradiction dans le témoignage de Mme Diallo, note Me Marc Pierre Stehlin. Ils vont chercher à "détruire la crédibilité" de la plaignante, "de rendre tout ce qu'elle a pu dire pas crédible". il leur suffit d'instiller le doute chez les douze jurés pour que ces derniers ne condamnent pas leur client. C'est dans cette optique que des détectives, comme la société de sécurité Guidepost Solutions, ont fouillé tous les aspects de la vie de la plaignante pour répondre à la question : "A-t-elle une vie irréprochable ?"

 

DSK peut-il changer de stratégie et plaider coupable ?

Même s'il a plaidé non coupable, lundi, aux sept chefs d'inculpation à son encontre, Dominique Strauss-Kahn peut encore changer de stratégie. Grâce à la procédure du "plea bargaining", ses avocats peuvent à tout moment proposer un accord au camp adverse "sur un certain nombre de chefs d'accusation auxquels Dominique Strauss-Kahn plaiderait coupable", explique Me Stehlin. Ce cas de figure peut se présenter si la défense se rend compte, après avoir eu accès aux éléments du procureur, que son dossier est moins solide que prévu et "qu'il est très risqué d'aller au bout du procès". DSK serait alors condamné, même a minima, et irait en prison.

 

La plaignante va-t-elle engager une action au civil ?

Nafissatou Diallo va-t-elle engager une action en justice au civil ? En tout cas, elle en a la possibilité jusqu'à un an après la date des faits. Il est probable qu'elle le fasse puisqu'elle s'est entourée de trois avocats de droit civil : Jeffrey Shapiro, Norman Siegel et Kenneth Thompson

Cette procédure est indépendante du procès pénal qui se déroule actuellement. Comme l'explique Me Marc Pierre Stehlin, la victime présumée n'est que "témoin" dans la procédure pénale. C'est le procureur de New York qui porte l'accusation. Au pénal, les 12 jurés prendront leur décision à l'unanimité et "beyond a reasonnable doubt" ("au-delà du doute raisonnable"), autant dire qu'ils doivent avoir une quasi-certitude.

Au civil, il faut uniquement qu'il existe "une prépondérance de preuve", explique l'avocat, autrement dit que les jurés se disent "c'est plus probable que non". La conclusion de la procédure civile peut être différente de la procédure pénale, souligne Me Stehlin, rappelant le cas OJ Simpson.

Source:Le Monde

 

Source:LeMonde.fr

Publié dans Vu dans la presse

Commenter cet article