Le dernier des derniers sommet de la Cédéao sur la Côte d`Ivoire

Publié le par sethkokorussie

alassane ouattaraLAGOS - Les dirigeants ouest-africains, qui tiennent un sommet mercredi et jeudi à Abuja, se pencheront à nouveau sur la crise ivoirienne alors que leurs efforts pour chasser Laurent Gbagbo du pouvoir en le menaçant notamment d'une intervention militaire, n'ont pas donné de
résultat.
Trois mois après que la Communauté économique des Etats d'Afrique de
l'Ouest (Cédéao, 15 pays) a menacé de déloger par la force le président
sortant à la faveur de son rival Alassane Ouattara, reconnu vainqueur de la
présidentielle du 28 novembre par la communauté internationale, la situation
n'a fait que s'aggraver.
Un porte-parole de la Cédéao, Sunny Ugoh, a prévenu qu'il ne fallait pas
s'attendre à l'annonce de nouvelles mesures concernant cette crise lors du
sommet ordinaire de deux jours dans la capitale nigériane, qui compte aussi
d'autres questions à son ordre du jour.
Les dirigeants ouest-africains examineront un rapport du Conseil de
médiation et de sécurité de la Cédéao, sur la Côte d'Ivoire.
"Il s'agit simplement", pour eux, "de se tenir informés de la situation", a
indiqué à l'AFP M. Ugoh, ajoutant que les efforts pour trouver une solution à
cette crise étaient désormais menés au niveau de l'Union africaine (UA).
Une réunion du Conseil de paix et de sécurité de l'UA a aussi été annoncée
pour jeudi à Abuja, mais il n'était pas clair mardi si elle était maintenue.
Le 24 décembre lors d'un sommet extraordinaire, la Cédéao a suspendu la
Côte d'Ivoire, reconnu l'élection de M. Ouattara et menacé de faire usage de
la force si M. Gbagbo s'obstinait à rester à la présidence.
L'option militaire semble cependant avoir été écartée. Le chef de la
diplomatie nigériane, Odein Ajumogobia, a notamment souligné que l'ONU devrait
valider toute intervention militaire.
De plus, la Cédéao a reçu l'ordre la semaine dernière d'une Cour de justice
ouest-africaine de s'abstenir de l'usage de la force en Côte d'Ivoire, en
vertu d'une décision provisoire après avoir été saisie d'une requête déposée
au nom de M. Gbagbo.
Les violences post-électorales dans ce pays ont fait près de 440 morts
selon l'ONU. Les partisans des deux adversaires s'affrontent violemment à
Abidjan et dans d'autres régions et l'on craint désormais une guerre civile.
Mardi, International Crisis Group (ICG) a estimé que le sommet de la Cédéao
devrait décider de la "création d'une mission militaire" pour protéger les
civils en Côte d'Ivoire.
Selon un communiqué du groupe d'analyses et de réflexion international "la
Côte d'Ivoire n'est plus au bord de la guerre civile, cette dernière a déjà
commencé".
Un diplomate occidental à Abuja a lui jugé qu'une action militaire ne
ferait qu'exacerber les tensions. D'autres observateurs notent que l'heure
n'est plus aux tergiversations.
"Ils vont devoir soit être très fermes pour faire preuve de cohérence, soit
perdre complètement la face", a estimé Christopher Fomunyoh, du centre de
réflexion National Democratic Institute (NDI), à Washington.
Une autre source diplomatique à Abuja a averti que "pour des raisons
politiques et pratiques", le sommet n'aboutira pas sur "grand chose" d'autre
qu'une condamnation de la violence et un nouvel appel au départ de M. Gbagbo.
Le sommet de mercredi et jeudi devrait aussi revoir la suspension de la
Guinée et du Niger puisque ces deux pays ont depuis organisé des élections
permettant un transfert du pouvoir des militaires aux civils.
Les dirigeants ouest-africains devront également choisir le successeur du
chef de l'Etat nigérian Goodluck Jonathan à la présidence tournante de la
Cédéao.

Par Susan NJANJI

SETH KOKO TV

Publié dans Abidjan News

Commenter cet article