Kandia Camara (ministre de l’Education nationale): “Voici les problèmes de l’école”

Publié le par sethkokorussie

eco.jpgL’école ivoirienne dans tous ses compartiments est malade. La ministre de l’éducation nationale demande une aide aux partenaires du système éducatif.
L’école ivoirienne est à l’agonie. Et ses principaux animateurs sont à la recherche de remèdes très efficaces. « Nous enregistrons un faible niveau de dépenses des biens et services, un fort taux d’analphabétisme et des inégalités substantielles tant dans les scolarisations que dans l’appropriation des ressources publiques», diagnostique le ministère de l’Education nationale. Face à cette situation, il a organisé, hier, au Plateau, une journée d’information et de sensibilisation des partenaires du système éducatif. Pour la ministre , Kandia Camara, cette rencontre est l’occasion de présenter les défis majeurs auxquels elle est confrontée et aussi de faire un plaidoyer auprès desdits partenaires afin qu’ils apportent leur concours à la réalisation des projets. Les paris sont énormes. Il y a, entre autres, une offre insuffisante de l’enseignement primaire et secondaire, des performances non-satisfaisantes, des contraintes budgétaires énor­mes. . Pour elle, cela n’est pas une fatalité car, il faut, par tous les moyens, restaurer l’école pour la réconcilier avec la société. La situation peu reluisante de celle-ci s’est aggravée du fait des crises qu’a connues le pays. C’est pourquoi, un plan d’actions à moyen terme (2012-2014) conçu et élaboré par les équipes des trois départements ministériels en charge du secteur éducation/formation accordera une priorité au développement du cycle primaire. «  La volonté du gouvernement est de rendre le système éducatif performant. Et cela passe par trois étapes. La restauration de l’ensemble des fonctionnalités, la mise en œuvre d’un certain nombre de réformes pour traiter les dysfonctionnements structurels et enfin la formation d’une nouvelle génération d’hommes et de femmes qui assurent le développement économique et social ». Le ministre d’Etat, ministre du Plan et du développement, Albert Mabri Toikeusse représentant le Premier ministre, a prôné une école de réussite. « Il faut donner la chance à chaque enfant. C’est par l’éducation qu’on tirera le développement », a-t-il souligné. Le chef de file des partenaires, Hervé Ludovic de Lys , représentant de l’Unicef Côte d’Ivoire, a expliqué que 2 millions d’enfants sont privés d’école. Sa structure va mener un certain nombre d’actions à savoir, des campagnes de sensibilisation et la réhabilitation de 660 classes. Pour Hamoud Kamil, représentant de la Banque mondiale, la Côte d’Ivoire a besoin de 20 milliards 500 millions car un enfant sur deux quitte l’école avant d’atteindre le cycle secondaire. Notons que cette journée a vu la participation des ministres de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle, Albert Flindé et Bacongo Cissé, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Source:Nord Sud

ASCI TV:

 


 

 

 









Publié dans Abidjan News

Commenter cet article