Hypertension, AVC, diabète… Comment le café prévient contre ces maladies

Publié le par sethkokorussie

tasse_cafe.jpgLa preuve est maintenant faite. La consommation du café est bénéfique pour les diabétiques afin de prévenir contre les accidents vasculaires cérébraux (AVC), les maladies neuro-dégénératives (Perte de la fonction des neurones, cas de la maladie d’Alzheimer, de Parkinson). C’est le comité scientifique du Programme Ignite café et santé qui l’a récemment affirmé au cours d’une rencontre avec les professionnels de la santé et les étudiants en médecine.
Trois thèmes ont été abordés au cours de cette rencontre : Café et maladies métaboliques, Café et système nerveux et Café et système cardio-vasculaire. Sur le premier thème, Dr Amos Ankotché, endocrinologue-diabétologue a soutenu que le café contient, outre la caféine, des antioxydants (agents qui ralentissent le vieillissement précoce), des micronutriments et des fibres. Mais c’est la caféine, selon lui, qui est la composante la plus connue du grand public. Celle-ci est composée de trois éléments essentiels qui jouent des rôles de destruction des graisses dans l’organisme, d’augmentation du calibre des vaisseaux par élongation de leurs fibres musculaires et du diamètre des bronches. Ceci a pour conséquence de diminuer la gêne respiratoire au cours de l'asthme et de la bronchite chronique. « La caféine entraîne à dose faible et à court terme: la production de glucose (sucre), la destruction des graisses, l’augmentation du rythme métabolique (Ndlr : processus de transformation des matières et de l’énergie par les cellules) et la température du corps, la réduction de l’appétit et la facilitation de la digestion », a soutenu Dr. Amos Ankotché. Par ailleurs, a-t-il poursuivi, les antioxydants dans le café sont connus pour améliorer la sensibilité à l'insuline et protéger contre le diabète de type 2 à long terme. « C’est-à-dire que le risque de développer le diabète de type 2 diminue quand la consommation du café augmente. Et cet effet est observé quel que soit le type de café, y compris le café décaféiné. Ceci revient à dire que l’effet protecteur ne dépend pas uniquement de la caféine. »
Le deuxième thème, Café et système nerveux a été présenté par Pr. Thérèse Sonan, neurologue. Selon elle, la caféine a des effets sur le système nerveux. Elle agit sur le sommeil, la mémoire et la concentration, la vigilance par la libération d’adrénaline (une hormone), et l’humeur par la sécrétion de sérotonine qui est un neurotransmetteur ou messager du cerveau et la migraine par le phénomène de la vasoconstriction (diminution du calibre des vaisseaux cérébraux). Le café, soutient la spécialiste, est un antidouleur car il calme la migraine grâce à la caféine qu’il contient. « La consommation régulière du café protège contre les maladies neuro dégénératives et les AVC sur le long terme et diminuera ainsi le risque de développer ces maladies », a indiqué Pr. Thérèse Sonan.
Le troisième et dernier thème Café et système cardio-vasculaire développé par le Professeur J.B Anzouan-Kacou (Cardiologue) a été consacré au cas d’un patient imaginaire de 47 ans, hypertendu depuis trois ans. Le cardiologue a lui aussi insisté sur les composants du café et leur lien avec l’hypertension. Il a ainsi soutenu que « la pression artérielle change peu ou pas quand on consomme moins de 200mg de caféine (1-2 tasses de café/jour). Une hausse (de la pression artérielle), si elle survient, est transitoire et ne dure que peu de temps. De plus, si la caféine est ingérée à partir du café, le changement est moindre grâce à certaines substances dont le potassium et le magnésium qui contrebalancent ce fait.»
Le café a-t-il un effet sur le cholestérol (substance graisseuse indispensable au bon fonctionnement du corps qui joue un rôle important dans l’édification des parois cellulaires) ? « Cela dépend, répond le Pr. Anzouan-Kacou, de la méthode de préparation qui détermine la teneur en huiles du café, responsables de l’augmentation du cholestérol total et du LDL cholestérol (mauvais cholestérol). Il a alors recommandé la consommation du café instantané ou filtré au détriment du café bouilli. Car les antioxydants présents dans le café sont générateurs des effets bénéfiques du café sur l’oxydation du mauvais cholestérol.
Le Pr. Anzouan-Kacou est formel : « la consommation du café n’augmentera pas le risque de faire un accident cardio-vasculaire. »
Coulibaly Zié Oumar

Notre Voie

Une vidéo de l'ACSCI pour votre réflexion du jour    


 
 

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prohaines vidéos

 

Publié dans Les sinistrés

Commenter cet article

ameli 28/06/2012 15:29


Bonjour, 


Je pensais le contraire concernant l'hypertension.