côte d'ivoire: RDR - Forces nouvelles, y a le feu

Publié le par sethkokorussie

Comment ADO et Soro se livrent la guerre . Les derniers actes qui ont tout gâté

mercredi 2 juin 2010 par Félix D.BONY

Soroadopretoria‘’ RDR - Forces nouvelles, c’est le même combat’’. Cette phrase, on l’a entendu aussi bien de l’ancien Premier ministre Alassane Ouattara (ADO), président du Rassemblement des Républicains, lors de sa tournée à Bouaké, que de certains premiers responsables de l’ex-rébellion qui ne cachaient pas la convergence de leur lutte avec celui du parti logé à la Rue Lepic d’Abidjan. Dans le camp présidentiel, les partisans du président Gbagbo n’ont jamais abandonné la thèse selon laquelle le RDR et les ex-rebelles sont la même entité. Les seconds constituant ‘’les bras armés’’ du premier. Si jusque-là, l’ambiance entre ces deux entités n’a jamais prouvé le contraire, l’atmosphère qui prévaut ces derniers temps laisse penser à un divorce à l’horizon. Il y a le feu entre le parti de Ouattara et les insurgés d’hier, qui se livrent désormais une guerre sur la place publique. Tout commence un matin par des divergences entre les deux partis, sur la relance du contentieux électoral. Le RDR, par son secrétaire national en charge des élections, a déploré que les partis politiques n’aient pas été associés à cette initiative conjointe de la Primature avec la Commission électorale indépendante (CEI). M Sanogo Mamadou ira même plus loin pour indiquer que son parti ne se sentait pas concerné par le message lancé par le porte-parole du Premier ministre, Méité Sindou. Une position qui va susciter la réaction du porte-parole adjoint des Forces nouvelles, Félicien Sékongo qui, répondant au collaborateur du président du RDR, va lancer : ‘’c’est grâce au combat des Forces nouvelles que Alassane Ouattara est candidat’’ aux prochaines élections. Cette boutade qui se trouve, aujourd’hui, au centre des passes d’armes entre les partisans des deux leaders Ouattara et Soro. A la suite de Félicien Sékongo, ce sont les jeunes du RDR, notamment le vice-président, Yves Konan, et Mlle Dembélé Salimata, porte-parole du président du parti chargé de la jeunesse féminine qui vont ruer dans les brancards contre les Forces nouvelles. Avant que le président du Cercle Libéral, Félicien Agbahi, bien connu dans le cercle fermé des plus proches au leader des républicains, ne prenne le relais avant-hier. Jusque-là, ADO et Soro se tiennent vraisemblablement loin de cette guerre de tranchées. Toutefois, la qualité de ceux qui interviennent au nom de leurs formations respectives laisse présager une crise nourrie, loin de s’apparenter aux réflexions de quelques individus isolés voulant transformer leurs simples désirs en réalité. Au fond, le RDR et les Forces nouvelles, qui nourrissent de grandes ambitions politiques avec leur leader, après l’étape de la Primature, se livrent une véritable guerre de positionnement par partisans interposés. Ceux-ci, eu égard à leur niveau de responsabilité et de célébrité, ont tout l’air d’avoir été triés sur le volet pour constituer des répondants égaux. Aussi assiste-t-on à un retour du berger à la bergère avec des sorties musclées qui continuent et ne sont apparemment pas prêts de s’arrêter. Si l’on met dans la balance la sortie non moins musclée, hier, du président du Parti pour le progrès du socialisme (PPS), camarade de lutte et proche du secrétaire général des Forces nouvelles contre les partisans de Ouattara. Après l’amour ( !), les ex-rebelles ne sont visiblement pas loin du désamour avec le RDR, qui les soupçonne de plus en plus de rouler pour le camp adverse. Du moins, le Premier ministre Soro et ceux qui lui sont encore fidèles dans l’ex-rébellion. L’on se souvient encore de cette autre boutade ‘’je ne peux pas pisser et un caïman va en sortir pour me manger’’. Une sorte de mise en garde que l’un des Conseillers d’ADO, en son temps, avait lancée à Guillaume Soro et ses hommes. Aujourd’hui, l’on a la réplique à cette boutade : ‘’ Attention ! Soro n’est pas seul. Ne nous provoquez pas !’’, prévient Mathias Kakou. La guerre va-t-elle se déclarer ainsi ? Jusqu’à où ira-t-elle ? Une chose est certaine, s’il y avait accointance entre RDR et FN, l’on n’est pas trop loin de la rupture. A moins que l’on assiste à de la pure diversion orchestrée par les deux camps. Ce qui n’est pas à exclure dans le jeu politique.

Kakou Mathias (proche de Soro), au Cercle Libéral : « Votre haine vous perdra (...), attention Soro n’est pas seul » Il est le président du Parti pour le Progrès du Socialisme (PPS). Mais, il compte parmi les proches du Premier ministre Soro, depuis les époques du syndicalisme à l’école. Dans cette lettre-réplique au Cercle Libéral, auteur d’une diatribe, hier, contre les Forces nouvelles et leur leader, Mathias Kakou adresse une sévère mise en garde aux dirigeants du RDR. Lettre ouverte du PPS au Cercle Libéral Alors que nous croyions clos cet incident communicationnel, on se rend compte que les attaques contre Guillaume Soro, le Secrétaire général des Forces nouvelles et Premier ministre de la République de Côte d’Ivoire, continuent. Nous réagissons à ces offensives sans raison, parce que nous savons qui sont ceux qui se cachent derrière ces articles de presse et autre déclaration pondus par un certain Cercle dans les journaux. Il s’agit d’une bande d’individus, toujours les mêmes, de petits esprits et aigris tapis dans les structures du RDR, des ventripotents et désordres politiques qui ont du mal à voir Guillaume Soro à la tête des Forces Nouvelles (FN) et à la Primature. Ces jaloux oublient manifestement tous les sacrifices consentis par Soro et les FN afin que la Côte d’Ivoire embrasse le chemin de la démocratie, de l’Etat de droit par des élections sans exclusion. Oui, c’est grâce à Soro que tout le monde est candidat. Nous connaissons ces gens qui déversent à longueur de journée leur haine contre le Premier ministre et ceux qui le soutiennent. Qu’ils soient courageux pour se dévoiler au lieu de s’encagouler et d’emprunter la face de l’iceberg. Messieurs, on vous voit et on vous connaît, mais soyez courageux et dévoilez-vous un jour et vous aurez les réactions appropriées du peuple ivoirien qui soutient Soro et reconnait ses mérites. L’objectif de ces politiciens vermoulus n’est pas d’aller aux élections, mais ils recherchent plutôt la tête de Soro et ceux qui lui sont fidèles et qui constituent d’ailleurs la majorité des Forces nouvelles. Messieurs en cagoule, votre haine contre Soro vous perdra et ne vous mènera à aucune victoire dans ce pays. Si vous aviez été capables de mener un combat pour la démocratie, il n’y aurait pas eu Soro et les Forces nouvelles. Vous préparez les esprits à remplacer Soro à la tête des FN, on le voit. Mais ceux à qui vous croyez n’ont pas ce destin historique. De grâce, ne “vendez“ pas misérablement leurs âmes. Attention ! Soro n’est pas seul. Ne nous provoquez pas !

Kakou Mathias Président du PPS

Source: l'INTER

Publié dans Vu dans la presse

Commenter cet article