Coopération ivoiro-française / François Fillon en Côte d’Ivoire, demain

Publié le par sethkokorussie

mat-ado-fillon.jpgC’est désormais officiel. Le Premier ministre français, François Fillon, sera en Côte d’Ivoire à partir de demain jeudi. L’annonce a été faite hier à son cabinet, au bloc ministériel, par le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères, SEM Daniel Kablan Duncan, au cours d’une conférence de presse. Le chef de la diplomatie ivoirienne a déclaré que cette visite traduit parfaitement la profondeur et l’excellence des relations séculaires d’amitié et de coopération entre la Côte d’ivoire et la France. Lesquelles datent de depuis le 18 juin 1961. Au cours de cette conférence de presse, le ministre des Affaires étrangères a chiffré la coopération bilatérale française entre la Côte d’Ivoire et la France à environ 700 entreprises de toutes natures installées en Côte d’Ivoiren, qui génèrent approximativement 40 mille emplois dans divers secteurs d’activités. Il a également révélé, pour illustrer la parfaite coopération qui existe entre les deux pays, que la France, pour le redressement des finances publiques a déjà décaissé 230 milliards de FCFA pour cette année 2011 et 66 milliards de FCFA pour le soutien au secteur privé, par le biais de l’Agence française de Développement. « Avec l’échéance du point d’achèvement de l’initiative pays pauvres très endettés ‘(PPTE), la France annulera près de 2700 milliards de FCFA sur les 6100 milliards de FCFA que la Côte d’Ivoire doit. Dans cette même dynamique, les autorités françaises annoncent 2 milliards d’euros disponibles pour 2012 », a-t-il également révélé. Le conférencier a précisé que cette coopération s’étend également sur d’autres domaines, notamment au plan militaire, à travers l’accord de défense signé depuis 1961. Le ministre Duncan a reconnu qu’au fil du temps, cette forme de coopération a certes diminué, mais les nouvelles autorités ivoiriennes n’envisagent pas de mettre un terme à la présence militaire française en Côte d’Ivoire. « Les négociations sont en cours pour un nouvel accord de défense », a-t-il rassuré. Le ministre Duncan, lors de son intervention, est revenu sur le 17e sommet de l’Union africaine à Malabo qui s’est déroulé du 30 juin au 1er juillet dernier. Il a souligné qu’en marge de ce sommet, le président de la République, Alassane Dramane Ouattara, s’est entretenu avec ses homologues du Liberia, du Ghana et du Burkina. Au centre de leur entretien était bien sûr la crise ivoirienne. Avec les deux premiers, selon le ministre Duncan, il a été question du retour des réfugiés ivoiriens et de la sécurisation des frontières communes avec ces deux Etats. A ce sujet, le président ghanéen, John Atta Mills a rassuré le président Ouattara, selon lui, que le Ghana ne servira jamais de base arrière d’une quelconque opération subversive. Les deux hommes d’Etat ont également profité pour parler des problèmes de tracée frontalière, aux dires du chef de la diplomatie ivoirienne. Notamment sur les gisements de pétrole découverts à l’intersection des deux frontières. Le ministre Duncan a rappelé qu’au départ, lorsqu’il était Premier ministre, il était convenu que le gisement commun devait faire l’objet d’une exploitation conjointe. Mais la partie ivoirienne ayant trainé, aujourd’hui la partie ghanéenne l’exploite seule. Mais à Malabo, il a été question de revenir sur l’accord initial. Le ministre d’Etat Kablan Duncan est aussi revenu sur la visite du Premier ministre Guillaume Soro à Monrovia où il a été question du retour volontaire des réfugiés ivoiriens chez eux. A ce sujet, un accord tripartite entre la Côte d’Ivoire, le Liberia et le HCR a été signé. Les modalités de ce retour pourraient être finalisées, selon le ministre Kablan Duncan, au prochain sommet de la rivière de la Mano le 17 juillet prochain.

Jean-Claude Coulibaly

Source:Le Patriote

Publié dans Abidjan News

Commenter cet article