Charles Diby Koffi traque les administrateurs véreux

Publié le par sethkokorussie

DI-copie-1.jpgLe gouvernement ivoirien ne veut plus admettre les dérapages et tolérer les excuses des acteurs administratifs auteurs de mauvaise gestion des finances publiques. Le ministre de l’Economie et des Finances, Charles Diby Koffi a annoncé ce jeudi au cours de la rentrée budgétaire 2011 que les responsables de malversations seront sanctionnés.

Le président ivoirien veut mettre fin à l’impunité. Désormais les acteurs administratifs véreux seront sanctionnés, s’ils sont impliqués dans une quelconque malversation. C’est l’avertissement qu’a donné le ministre de l’Economie et des Finances ce jeudi aux responsables des différentes administrations à la Caistab au Plateau. « A titre exceptionnel, le gouvernement a décidé de procéder à l’inventaire et à l’audit des passifs, en vue de prendre des mesures correctives appropriées, notamment en termes de paiement des prestations ou travaux validés, mais également, de sanctions à l’encontre des acteurs administratifs responsables. C’est pourquoi, je voudrais appeler l’attention des acteurs de la chaîne d’exécution des dépenses publiques et des opérateurs économiques, sur la nécessité de donner tout son sens à la notion de responsabilité,» a déclaré Charles Diby Koffi. En dépit du non respect du principe d’annualité du budget de l’Etat, puisque cette rentrée s’est effectuée avec six mois de retard du fait de la crise, le ministre de l’Economie et des Finances ivoirien a assuré le secteur privé de la réduction de façon substantielle du stock d’arriérés à la fin 2010 de 182 milliards de francs cfa. « Nous n’avons pas le droit d’accumuler à nouveaux des arriérés intérieurs au détriment du secteur privé, engagé avec nous dans le processus de relance post-crise. D’ailleurs l’Etat entend faire un effort de paiement cash de 144 milliards de francs cfa en 2011,» a-t-il ajouté.

En revanche, le gouvernement se désengage selon lui, à payer les dettes contractées sous le régime du président déchu. « Tous les opérateurs économiques qui ont travaillé avec le pouvoir illégal ont travaillé à leur risque et péril, » a tranché l’argentier ivoirien. La détermination du gouvernement Ouattara à assainir les finances publiques est vraiment grande. Le ministre de l’Economie et des Finances demande aux acteurs d’exécution des dépenses publiques d’engager des dépenses dans les limites des possibilités de recouvrement effectives de recettes. « Nonobstant le soutien de nos partenaires au développement, que je voudrais vivement saluer, de nombreuses contraintes pèsent sur les finances publiques en 2011. C’est pourquoi, plus que jamais, nous devons faire en sorte que les dotations allouées aux dépenses publiques servent effectivement à remplir les raisons de leur affectation. Il s’agit en d’autres termes, de garantir la concordance entre l’exécution financière des budgets et l’exécution physique, » a-t-il ajouté.

En respectant tous ces principes de rigueur, de transparence et de respect, le gouvernement est optimiste que dans 5 ans que la Côte d’Ivoire sera en mesure de créer des richesses et sera un pays émergent dans 10 ans.

Par ailleurs, il faut souligner que le budget 2011 intègre un gap de financement à rechercher à hauteur de 360,5 milliards. « Nous continuons nos efforts pour la couverture de ce gap,» a conclu l’argentier ivoirien.

Source:Wassimagnon, KOACI ABIDJAN

SETH KOKO TV


 

 

 


Publié dans Abidjan News

Commenter cet article