Campagne de proximité du RDR - L’indispensable présence des cadres sur le terrain

Publié le par sethkokorussie

alassane-ouattara.jpg“Allez sur le terrain pour expliquer à la base et réanimez la campagne pour que nous ayons les élections dans les meilleurs délais ». C’est la recommandation faite jeudi par le président Alassane Dramane Ouattara, aux membres des instances du RDR, au terme d’une grande réunion du secrétariat général du parti. Convaincu que « l’immobilisme est source de régression et de peur », ADO a fait cette recommandation qui vient à point nommé. En ce sens que depuis les fausses polémiques suscitées et entretenues par le FPI qui ont abouti à la double dissolution du Gouvernement et de la CEI, les états-majors de campagne des partis de l’opposition ont pour la plupart stoppé les tournées sur le terrain. Si l’on peut comprendre pour une question de manque de lisibilité, que les candidats eux-mêmes aient arrêté leurs activités sur le terrain, il apparaît cependant inconcevable que leurs staffs respectifs sombrent dans l’immobilisme. Cela est d’autant plus incompréhensible que l’auteur de cette confusion délibérée, c’est-à-dire le FPI, en profite pour parcourir le pays et mener une campagne à outrance dans les médias publics. Ce parti et ses mouvements satellites s’adonnent à cœur joie à leur jeu favori depuis la crise qui consiste à toujours créer des troubles pour faire repousser les élections. Des stratagèmes sont inventés pour donner du fil à retordre non seulement à la Commission électorale indépendante, mais aussi à l’opposition qui n’entend pas les choses de cette oreille. Ainsi de la vraie fausse affaire des 429.000 électeurs présumés fraudeurs, à la tentative de recomposition des CEI locales en passant par l’éviction du premier président de la CEI, Robert Mambé, le FPI a toujours manipulé et même sabordé le processus électoral dans le seul but de dérouter l’opposition dans ses activités. En créant la situation de confusion qui prévaut depuis février dernier, le camp présidentiel a réussi par la même occasion à détourner l’attention de l’opposition. Désormais, ce qui compte pour elle c’est la fixation de la date des élections afin qu’elle redémarre sa campagne. Alors, les staffs de campagne sont comme tétanisés par l’imbroglio du FPI. L’opposition notamment, le RDR devra éviter de tomber dans ce piège. En conséquence, ses cadres doivent occuper le terrain avec des messages précis. Les militants doivent rester mobilisés prêts à répondre à tout mot d’ordre du parti. Ils doivent savoir que seule leur mobilisation permettra d’obtenir non seulement une date mais des conditions d’élections transparentes et démocratiques. D’où la nécessité, comme l’a souligné le communiqué final du secrétariat général de jeudi dernier, d’exercer « une pression continue » sur Laurent Gbagbo et son régime. En ce qui concerne la liste électorale définitive, il est connu de tous que celle dite blanche comportant 5.300.000 électeurs a été jugée équilibrée et équitable par tous les acteurs politiques et validée par la facilitation et les Nations-Unies à travers son représentant spécial en Côte d’Ivoire. Le RDR doit prendre ses responsabilités en maintenant la flamme du militantisme à la base.

Ibrahima B. Kamagaté

Une vidéo de Seth Koko pour votre réflexion du jour.

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos.

Publié dans Vu dans la presse

Commenter cet article