Axe Béoumi-Bouaké/Accident de la circulation - Trois militants du FPI tués et 3 blessés

Publié le par sethkokorussie

La mouvance présidentielle de la vallée du Bandama a été endeuillée, dimanche, par un grave accident de la circulation, qui a couté la vie à trois personnes.

Fête des mères meurtrière à Bouaké. Dimanche, en début de soirée, alors qu’ils revenaient de Béoumi où ils avaient pris part à la célébration des mamans, deux partisans de Laurent Gbagbo et leur chauffeur ont perdu la vie dans un grave accident de la circulation. Selon les informations recoupées, le véhicule Isuzu Trooper, de type 4x4, qui les transportait, suite à l’éclatement d’un des pneus arrière, s’est retrouvé sur le dos, dans les gradins. Bilan du drame, trois morts notamment, N’Guessan Konan Gervais, président de la coordination Fpi de Béoumi, Déloh Guy Pierre, membres du bureau politique de l’Aird et Bamba Souleymane, conducteur du véhicule. Au nombre des victimes de cet accident, l’on dénombre également trois blessés graves. Il s’agit de Lossi Désiré, secrétaire général de la coordination, Goli Kouassi, professeur à l’Empt de Bingerville et Gbessé Fabrice, étudiant à l’université de Bouaké. Admis au service des urgences, quelques instants après l’accident, leur vie, selon des sources médicales, sont hors de danger. Effondré par la mort de son président, Lossi Désiré, couché sur son lit d’hôpital, raconte l’accident. « La fête s’est bien passée à Béoumi. Elle avait été organisée par les jeunes filles battantes de La majorité présidentielle, avec pour marraine Bodoua Hélène, responsable de l’Injs. L’accident s’est produit sur le chemin de retour. On était à environ 30 km de Bouaké. Précisément entre Languibonou et Angoua Yakro. On était six dans la voiture. Soudain, nous avions été alertés par une grande détonation. Un pneu arrière venait de nous lâcher. Le véhicule qui était à vive allure, a aussitôt perdu l’équilibre. Il a fait plusieurs tonneaux, avant de s’immobiliser. Ayant repris mes esprits, je me suis retrouvé au dehors. Tout le monde se trouvait dans le véhicule. Gervais respirait encore. Le chauffeur, lui, était déjà décédé », regrette-t-il. Et de poursuivre : « J’ai crié au secours. Un véhicule de type Kia s’est arrêté. Il a été suivi des taxis brousse. Ce sont eux qui nous ont conduits à l’hôpital ». Informé, le maréchal Eugène Djué, s’est rendu aussitôt à l’hôpital. Après les formalités en vue de l’admission des corps à la morgue, il était encore hier matin au chevet des blessés, pour procéder à leur évacuation sur Abidjan. C’est après 2 h de recherche dans la ville que le président de l’Ulptci, aidé de la direction du Chu de Bouaké, a réussi à avoir une ambulance.

Marcel Konan
Correspondant régional

Leg/ Une grande perte pour le président du Fpi, Pascal Affi Nguessan.

Source: L'expression

Publié dans Vu dans la presse

Commenter cet article