Abbas rejette toute idée de lutte armée contre Israël

Publié le par sethkokorussie

FRTK-L-ENTRETIEN.jpgLe président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a accordé un entretien à FRANCE 24 dans lequel il évoque notamment la question des "négociations indirectes" avec les Israéliens.

Dans un entretien accordé à France 24, le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, écarte le recours à la lutte armée contre Israël en cas d’échec des "négociations indirectes". Ces dernières ont été récemment relancées par les États-Unis. "Il est possible que les négociations n’aboutissent pas, et nous avons envisagé cette hypothèse au sein de la Ligue arabe (…). Si nous échouons, qu’est-ce qu’il nous reste à part un recours devant le Conseil de sécurité ? Je m’oppose à toute autre alternative, notamment à celle de la lutte armée", explique Mahmoud Abbas.

Le président palestinien évoque par ailleurs la question de la sécurité et de la future frontière israélo-palestinienne, des sujets qui peuvent être résolus, selon lui, "en une semaine ou deux s’il y a une réelle intention" de les régler. Dans le cas de la création d’un État palestinien, Abou Mazen estime nécessaire le recours à une force chargée d’empêcher les attaques de part et d’autre de la frontière. "Nous avons dit que nous n’avons pas de problème si ce tiers est un partenaire international, l’essentiel c’est qu’il ne soit pas israélien", précise-t-il.

Concernant son appel au boycottage des produits issus des colonies israéliennes de Cisjordanie, lancé samedi, Abbas rejette les accusations israéliennes selon lesquelles cette initiative équivaudrait à une incitation à la haine contre l'Etat hébreu. "Il y a une différence entre boycotter Israël et boycotter les produits des colonies construites sur les territoires palestiniens (…). C’est notre droit" affirme-t-il. Et de poursuivre : "Nous avons une balance commerciale déficitaire de 3 milliards de dollars avec Israël."

Publié dans Vu dans la presse

Commenter cet article